Problèmes de sport pour enfants

Comme on le sait, les enfants se développent d’abord dans le groupe d’appartenance primaire, à savoir la famille. Dans cet environnement, certains parents ont des souhaits de voir leur enfant prendre telle direction, embrasser telle carrière et réaliser les rêves qu’ils ont fantasmés pour eux-mêmes puis reportés sur leur progéniture. Mais cet environnement familial peut se révéler toxique si la parole de l’enfant n’est pas entendue ou mal comprise ; certains d’entre eux n’osent même pas parler de crainte de décevoir les parents. Or, ce silence a un coût et les traits de personnalité qui en découlent ne sont pas anodins : enfant hyperactif ou au contraire inhibé sont parmi les exemples les plus communs. Les enfants hyperactifs ou inhibés disent quelque chose du fonctionnement de la(es) famille(s) où ils vivent. Ils sont souvent le symptôme familial.
Le sport peut être un recours salutaire de grande valeur en cette occasion. Reste à savoir, selon son profil et ses caractéristiques, quel sera le sport le mieux adapté pour ce jeune. Les problèmes d’autorité se posent ici : autorité morale des parents s’entend ou encore celle de l’entraîneur, du club etc. Quelle liberté de choix sera laissée à l’enfant ?
Dans un deuxième temps, la pérennité de la pratique sportive peut se poser : entre des parents qui s’investissent tellement qu’ils « portent » à l’excès leur enfant jusqu’à ceux qui, déçus du sport choisi par le jeune, traînent souvent des pieds pour l’accompagner à l’entraînement. Toute la palette des possibles existe. Le regard des parents porté sur le staff et le club a également son importance (enthousiasme ou dénigrement) et contamine l’esprit du jeune. On doit donc inclure la cellule familiale quand il s’agit de parler de l’enfant.

aq_block_4

Nos interventions avec les problèmes de sport pour les enfants

Nous voyons le sport comme un moyen supplémentaire de développement social et culturel des individus et ce, dès le plus jeune âge.
Mon intervention a lieu dans plusieurs directions, mais je rencontre surtout des parents dont les enfants ont des « problèmes » de comportement à l’école, à la maison, voire dans tous les domaines de l’existence.
Choisir un sport n’est pas anodin. S’engage t-on dans un sport d’équipe ou un sport individuel, un sport de dialogue ou pas ? Tout ceci doit être pensé, réfléchi ! Mais réfléchi par qui ? Par l’enfant bien sûr en premier lieu, mais aussi par la famille qui peut renâcler parfois devant un choix qui lui parait peu judicieux. Faire admettre aux parents que la liberté de l’enfant, en cette circonstance, fait partie de la thérapie peut être délicat. Réflexion par moi-même enfin. On peut présenter une activité « contenante et structurante » pour les hyperactifs et une activité générant des prises de responsabilité et d’initiative pour les inhibés. Les séances qui débouchent sur la prise de décision sont très enrichissantes pour l’ensemble de la cellule familiale.


Qui suis-je?

Jean-Paul Labedade

Psychologue Psychothérapeute

Membre de la Fédération Française de Psychologie du Sport
Membre des amis de l’INSEP. Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance.

Métros : ligne 1 Porte de Vincennes – ligne 6 Nation – Ligne 9 Buzenval.

RER ligne A Nation

Bus : 26-56-57-64-86.

aq_block_10

DEMANDER UN RENDEZ-VOUS